Le blog

Consultez ici toutes les dernières informations de l'univers automobile :

ds-7-crossback-puretech-225-2018-photo-laurent-sanson-01.400.jpg

ESSAI DS7 CROSSBACK

 

L’AMBITIEUX SUV CHIC

À LA FRANÇAISE

Avec le SUV DS 7 Crossback, la marque premium de Citroën ouvre un nouveau chapitre de sa jeune histoire avec l’ambition d’incarner une authentique French Touch tout en lançant enfin réellement la marque née il y a 3 ans.

ds 7 crossback puretech 225 (2018) photo laurent sanson

VOIR L’ALBUM PHOTOS DU DS 7 CROSSBACK

La publicité télé du DS 7 Crossback peut paraitre prétentieuse avec sa Marseillaise revisitée, mais surtout il faut y voir une véritable incarnation d’une touche française et très paerisienne qui mixe l’univers du luxe avec de grands monuments que sont la Tour Eiffel ou la Pyramide du Louvre. Volontairement avant-gardiste, le positionnement de DS en tant que marque prend donc une autre dimension avec l’arrivée de ce DS 7 Crossback. Inutile de vous dire que la marque attend beaucoup, pour ne pas dire énormément, de ce nouveau né pour enfin véritablement prendre son envol.

ds 7 crossback puretech 225 (2018) photo laurent sanson

RAMPE DE LANCEMENT

La marque l’assume pleinement, elle se veut chic et très cocorico et surtout elle ambitionne de devenir la référence premium made in France. Bon d’accord il y a du boulot face aux références allemandes et suédoises, surtout lorsque l’on sait qu’en 2017 DS a vendu moins de 53 000 voitures dans le monde, dont plus de la moitié sont des DS 3. Mais pour sa défense, la gamme DS est vieillissante avec les DS 3, 4 et 5. Autant dire que le DS 7 Crossback, qui est le véritable premier modèle développé depuis que DS est un constructeur, marque un virage qui doit surtout lui permettre de décoller sur de nombreux marchés dans le monde. Espérons que Carlos Tavares, le boss du groupe PSA qui a donné son feu vert à la création de la marque, soit patient car la gamelle des ventes de plus de 35% l’an dernier n’est pas forcément rassurante dans un marché et un segment premium très concurrentiel et dans lequel se faire sa place, disons même un simple strapontin, n’est pas simple et peut prendre beaucoup de temps, Audi en sait quelque chose avec un processus qui a pris des années avant de devenir la marque premium que l’on connait. Heureusement, l’optimisme est de rigueur chez DS qui compte bien s’appuyer sur le DS 7 Crossback, mais aussi sur un réseau de DS Store qui se développe dans les plus grandes villes de la planète, hors Amérique du Nord et Australie. Surtout, la gamme DS comprendra d’ici quelques années 6 modèles et sera entièrement électrifiée à partir de 2025.

ds 7 crossback puretech 225 (2018) photo laurent sanson

INCARNATION DU SAVOIR-FAIRE FRANÇAIS

Avec cette nouveauté importante, DS affiche clairement la couleur et ce SUV est l’incarnation du savoir-faire à la française. Cette nouvelle version équipée du moteur 1.6 THP Puretech dans sa version 225 ch, comme sur la 308 GT, montre que DS a l’ambition d’offrir des produits dynamiques. Construit sur la plateforme EMP2 du groupe PSA qui équipe la 308 et le duo 3008/5008, le DS 7 Crossback puise naturellement ses composants dans l’immense banque d’organe du groupe français, ce qui ne l’empêche pas d’être différent avec avec un châssis aux voies élargies et à l’empattement plus long au profit d’une belle stabilité sur route et d’un espace à bord digne d’un grand SUV allemand ou d’une grande routière tchèque dans un gabarit extérieur qui reste contenu.

Pour le look, le DS 7 Crossback ne passe pas inaperçu. Il en jette carrément avec une face avant à l’abondance de chrome et dont on distingue en son centre la grande calandre noire laquée nid d’abeille, les phares et les feux de jour à Led qui donnent une exclusive signature lumineuse. De profil, le dessin se veut plus japonais et géométrique avec une pointe de Lexus dans le dessin de la vitre de custode et du jonc chromée. Sa véritable personnalité, il l’affiche de derrière avec de la rondeur et un hayon d’un seul bloc qui intègre les superbes feux à Led dont l’intérieur est très travaillé.

ds 7 crossback puretech 225 (2018) photo laurent sanson

225 CH ET DE LA TECHNO

Après son lancement avec le bloc HDi 180, c’est donc le 1.6 THP dans sa nouvelle version 225 ch qui prend place sous l’imposant capot. Couplé avec la nouvelle boite auto à 8 rapports, ce bloc malgré sa petite cylindrée s’exprime à pleins poumons, bien aidé il est vrai par un poids « plume » de seulement 1 420 kg, ce qui pour un SUV d’un tel gabarit est plutôt une bonne chose que l’on retrouve d’ailleurs dans le comportement et l’agilité sans impression de lourdeur. Sur autoroute comme sur une petite route sinueuse, le DS 7 Crossback se montre à son avantage avec un bel équilibre routier et un niveau de confort remarquable, même en 20 pouces et en mode Sport. Très efficace, il se montre particulièrement dynamique avec ce moteur et même si la boite auto marque parfois quelques hésitations, le set up est hyper cohérent.

Mais le DS 7 Crossback c’est aussi une finition réellement premium (avec une montre BRM) et surtout des équipements technologiques de toute dernière génération. On trouve bien entendu les phares adaptatifs à Led, le Park Pilot qui gare la voiture, l’alerte de vigilance, le franchissement de ligne qui s’active pas défaut, la fonction de conduite semi-autonome et la liste est encore longue. Mais surtout, le SUV français frappe fort en proposant une suspension pilotée par des caméras et des capteurs qui détectent les moindres irrégularités de la route et adaptent le comportement de l’amortissement en fonction aussi de la vitesse ou encore de l’angle au volant. Autre techno utile, le système Night Vision avec sa caméra infra-rouge qui détecte la nuit des piétons et des animaux jusqu’à 100 mètres.

ds 7 crossback puretech 225 (2018) photo laurent sanson

Avec le DS 7 Crossback, le constructeur français lance réellement son offensive afin de conquérir le monde. Ça passe ou ça casse car même si la marque annonce 6 modèles dans les prochaines années et qu’elle dynamise sa notoriété en participant au championnat de Formula E (la F1 électrique), le DS 7 Crossback va devoir débroussailler le chemin pour que DS Automobiles se développe réellement en tant que marque. Nul doute qu’il peut y arriver car outre ses belles qualités routières, il se démarque par une certaine originalité avec une ambiance à bord spécifique et un contenu technologique est au top.

VOIR L’ALBUM PHOTOS DU DS 7 CROSSBACK

ds 7 crossback puretech 225 (2018) photo laurent sanson

source : http://www.auto-mag.info/

La toute nouvelle DS7 Crossback fait parler d’elle et le drapeau français est hissé vers le haut.Le constructeur français monte en gamme et le fait savoir , DS arrive comme un boulet de canon dans segment des SUV compacts chics devant les BMW X1, Mercedes GLA et Audi Q3 (DS a toujours désigné ces rivaux alors que le gabarit du DS7 Crossback le situe à mi-chemin entre ces modèles et leurs grands frères X3, GLC, Q5).Le prix de vente moyen des DS7 pour les clients particuliers était de 48 000 € ! Une sacrée somme donc pour une voiture française ! L’acheteur moyen de la catégorie, qui a entre 55 et 60 ans, habitué aux BMW X3, Audi Q5 et autres SUV allemands doit prendre le temps de trouver ses repères.Trois quarts des commandes concernent des versions haut de gamme Grand Chic (avec un prix de base de 46 300 €). 48 000 € étant une moyenne, certains ont donc des factures de plus de 50 000 €.Le haut de gamme en France est une histoire redondante.Cette DS7 est une première création qui n’a donc pas grand-chose à voir avec une voiture actuelle du groupe PSA.C’est du sur mesure , de la Haute couture à la Française !

Le savoir- faire français est remis au gout du jour et delivauto.fr aime cela !

La Redaction Delivauto.